•  

    Une communauté…

     

    Communauté

     

    32 sœurs entre 48 et 94 ans,
    de quatre nationalités et de toutes les régions de France…
    avec des histoires et des parcours très divers,

    un jour, nous avons frappé à la porte…
    et, plus tard, nous sommes entrées… pour toujours !

     

    « Pourquoi je suis entrée à la Trappe ? Pour répondre à l’Amour de Dieu pour moi. C’est aussi simple que cela.
    Vers 25 ans Il me l’a manifesté en me retournant comme une crêpe… il me fallait lui répondre par une vie consacrée à Lui seul dans le silence et la prière. C’est alors qu’on m’a parlé de la Trappe de Chambarand où l’on pouvait vivre cela simplement. Et depuis 48 ans je suis ici, et je peux dire que ceux qui se confient en Dieu ne sont pas déçus ! » (S.Catherine, 80 ans)

     

    « Bien qu’éprise de justice, influencée par Nietzsche, j’avais peu à peu rejeté, nié Dieu dans ma vie. Dieu était mort. Jusqu’au jour où je visitai l’abbaye romane du Thoronet. Beauté de l’architecture, lumière dans la nef… J’ai été envahie de cette assurance : Dieu existe.
    Deux ans plus tard, un jour d’été, me trouvant par hasard à Chambarand dans le cloître menant à l’église, j’ai eu la certitude qu’un jour, je viendrai vivre dans ce monastère et que j’y resterai jusqu’à ma mort. » (S.Colette, 65 ans)

     

    « Je me suis convertie à Dieu à l’âge de 20 ans au sortir d’une adolescence difficile. J’ai voulu dès lors Lui donner toute ma vie. La recherche a été longue avant que je découvre que mon aspiration la plus profonde était de vivre une immersion dans la prière pour chercher Dieu, écouter Sa Parole et me laisser transformer par Sa Beauté. Une amie connaissait l’Abbaye de Chambarand ; j’y suis allée et c’est là que mon cœur a été saisi. J’y suis depuis l’âge de 34 ans, heureuse dans cette vie monastique jamais monotone, changeante comme les saisons. Oui, cette vie est belle et passionnante ! » (S.Claire-Françoise, 50 ans)

     

    Voici la vidéo de la prise de notre photo communautaire (si vous avez le temps… ! car elle dure 10 mn !! Pas simple une photo de communauté ! surtout faite par une équipe de télévision…).

    Fin de reportage par l’équipe de 21 jours au couvent

     

    …de moniales cisterciennes

     

    « Voilà bien notre profession : chercher Dieu. »
    « J’ai vieilli dans ce métier et je ne l’ai pas encore commencé. »
    Guillaume de St Thierry
    Cistercien du 12 ème siècle

    "Je t'aime d'un amour éternel" (Livre de Jérémie)

    « Je t’aime d’un amour éternel »
    (Livre de Jérémie)

    Le Christ Jésus nous a aimé jusqu’au bout de l’amour…
    par toute notre vie nous nous mettons à Son école.

     

    « Qui veut la vie ? Qui désire le bonheur ?
    Si tu entends cet appel et si tu réponds : « moi », Dieu te dit : « est-ce que tu veux la vraie vie, la vie pour toujours ? (…) Alors cherche la paix et poursuis-la toujours. » ( Règle de St Benoît, Prologue )

     

    « L’amour de Dieu ne peut mûrir s’il ne se nourrit et ne grandit par l’amour du prochain. » St Bernard

     

    « Il faut risquer le tout dans les tout petits riens de tous les jours. »
    F. Christophe, moine de Tibhirine

     

    … à Chambarand

     

    IMG_3293

    Notre étang depuis la route

     

    Toute communauté monastique s’enracine dans un lieu,
    elle est plantée en terre.
    Elle se teinte au fil du temps, d’un goût de terroir…
    Notre terroir à nous, c’est le grand plateau des Chambarans,
    prés, forêts et étangs, face au massif du Vercors,
    non loin de celui de la Chartreuse.

    Chambarand, cela veut dire : « Champ-bon-à-rien » ! Et nous aimons cet humour de Dieu qui préfère se servir des matériaux les plus humbles pour Son œuvre de création et de re-création. Chacune de nous s’y reconnaît.

     

    Les champs du plateau regorgent de gros galets polis au quaternaire.

    Image de la communauté où nous devenons galets bien arrondis en nous frottant les unes aux autres, jour après jour.

     

    Un de nos murs en galets. Construction typique de la Galaure

    Un de nos murs en galets. Construction typique de la Galaure